Pourquoi travailler en mode agile ? 9 bonnes raisons de s’y mettre

Thibault Baheux

4 mai 2022 - minutes de lecture

Les méthodes agiles sont très prisées dans le monde professionnel, notamment pour la gestion de projets de développement informatique. Dire qu’on travaille sur un projet agile, ça fait plutôt classe, mais qu’est-ce que ça veut dire concrètement et pourquoi travaille-t-on en mode agile ?

Travailler en mode agile consiste à organiser les tâches selon des cycles de livraison courts appelés sprint, afin d’améliorer la qualité du produit tout en réduisant les délais et les imprévus. Le mode agile permet également de s’adapter aux évolutions du besoin du client sans remettre en cause l’intégralité du projet.

Les entreprises sont presque 3 fois plus performantes

Dans son étude « The Agile Performer Index » (1), le centre de leadership et efficacité organisationnelle de NEOMA Business School a estimé que les entreprises agiles sont ong>en moyenne 2,7 fois plus performantes que leurs concurrents préférant une approche traditionnelle en gestion de projets.

En agile, un cycle de développement produit s’appelle un sprint, et a généralement une durée de 1 à 4 semaines. A la fin du sprint, l’équipe de développement livre l’incrément produit aux parties prenantes du projet : le client et les utilisateurs finaux. C’est l’occasion de récolter des feedbacks qui serviront à l’amélioration continue du produit.

Ces cycles plus rapides sont une bénédiction par rapport aux méthodes prédictives.

Avant, pour développer un logiciel informatique, le client réalisait une expression de besoin et fournissait le cahier des charges complet, comprenant l’intégralité des fonctionnalités qu’il souhaitait voir intégrées dans l’outil. Tant pis pour lui s’il en avait oublié. Ce n’est qu’au bout de plusieurs mois voire plusieurs années que le client commençait à voir le produit. Tout ça pour se rendre compte que ses besoins n’avaient pas été compris.

Imaginez perdre deux ans de cette manière pour vous rendre compte que le produit n’est pas exploitable et qu’il faut encore deux ans de développement.

En deux ans, le monde change, le marché évolue, les besoins de vos clients évoluent. Ce n’est plus viable.

 Grâce aux méthodes agiles, on passe d’une livraison tous les quelques mois à une livraison minimum par mois. Et ça, ça change tout !

La collaboration avec le client est continue

Valeur agile n°3 : la collaboration avec les clients plus que la négociation contractuelle

De par les cycles de livraison raccourcis, l’équipe projet est confronté plus régulièrement au client.

Plutôt que de développer de son côté pendant 6 mois un produit avant de le présenter finalisé au client, l’équipe agile va développer des versions intermédiaires appelées incréments, et les présenter au fur et à mesure des sprints au client.

Cette nouvelle façon de travailler permet de renforcer la collaboration entre les différentes parties prenantes du projet, et en procédant ainsi l’équipe de projet agile :

  • S’assure que le produit répond bien à la demande initiale du client en le confrontant aux premières livraisons.
  • S’assure que le produit répond aux besoins des utilisateurs finaux.
  • Obtient des retours d’expérience précieux de la part du client et des utilisateurs finaux, ce qui permet de corriger des bugs tout en améliorant les fonctionnalités existantes.

L’agilité améliore la qualité des livrables du projet

Valeur agile n°2 : Des logiciels opérationnels plus qu’une documentation exhaustive

En communiquant régulièrement avec les parties prenantes, en récoltant du feedback auprès des utilisateurs du produit, l’équipe projet accumule de précieuses informations qui vont influencer la suite du développement du produit.

En effet, ces informations permettent d’affiner la priorisation des fonctionnalités à développer, de générer de nouvelles idées, de corriger les bugs d’interface ou les éléments qui prêtent à confusion.

En tenant compte de ces remarques et en adoptant l’amélioration continue, l’équipe projet gagne en efficacité à chaque nouveau sprint.

Et qui dit équipe efficace dit livrables de qualité.

Le client est plus satisfait

En participant aux Sprint Review, le client peut donner son feedback à l’équipe de développement, qu’il soit positif ou négatif.

Il peut juger rapidement de la qualité du travail rendu, et redresser le tir en quelques semaines au lieu de quelques mois.

Pour le client, travailler en mode agile c’est l’assurance que le produit développé colle exactement à ce dont il avait besoin.

Plus besoin d’attendre trois ans que le développement soit finalisé. Si la fonctionnalité de dématérialisation des factures est finalisée, elle est livrée au client et est d’ores et déjà fonctionnelle. Le client peut ainsi commencer à travailler sur l’outil pendant que l’équipe de développement se concentre sur les fonctionnalités suivantes.

Travailler en mode agile permet ainsi d’accélérer la mise en production des fonctionnalités, d’assurer un niveau de qualité constant et de faire en sorte que l’équipe soit focus sur les besoins du client.

En bref, travailler en mode agile c’est faire un produit évolutif sur mesure qui répond à 100% aux besoins exprimés par le client.

Les employés sont plus engagés et motivés

Valeur agile n°1 : Les individus et leurs interactions plus que les processus et les outils

Le manifeste agile est clair sur ce point : travailler en mode agile, c’est privilégier l’aspect humain du travail. On met l’accent sur les échanges, les interactions, la collaboration et la coopération.

Travailler en mode agile, c’est s’associer et travailler ensemble à l’accomplissement d’un projet commun. C’est valoriser chacun, qu’il soit dans l’équipe de développement, côté client, utilisateur final, …

En étant confronté régulièrement aux clients, l’équipe projet a des feedbacks immédiats sur son travail. Les employés savent pourquoi elle réalise telle fonctionnalité, et ils trouvent donc du sens au quotidien dans ce qu’ils font.

D’ailleurs, l’agilité permet de remettre sur le devant de la scène le côté artisanal des membres de l’équipe de développement, qui créent quelque chose à partir de rien grâce à leurs savoir-faire.

Le dernier point intéressant est qu’une équipe agile est une équipe qui s’auto-organise afin d’accomplir le projet. Elle n’est plus soumise à des processus internes inadaptés qui découragent et démotivent même les plus motivés.

On peut ainsi considérer l’agilité comme un vecteur de bien-être des employés dans l’entreprise.

Travailler en mode agile diminue les risques et les incertitudes

Avec les méthodes de gestion de projet classiques, l’un des risques les plus importants est que le besoin du client évolue de telle sorte que le projet est en inadéquation avec ce besoin.

Conséquence, le projet est arrêté car ce qui était prévu à la base n’est plus réalisable, ou ne permet plus d’atteindre les objectifs du client. Ou alors on se retrouve à la table des négociations pour préparer un avenant au contrat expliquant pourquoi il est nécessaire d’ajouter 300 jours de développement au projet.

Travailler en mode agile met fin à tout ce cirque.

On accepte que le monde évolue, on accepte de ne pas savoir de quoi sera fait demain, on ouvre les bras au changement. Et c’est justement parce qu’on le fait que l’incertitude diminue.

Pourquoi ? Car plutôt que de se retrouver avec un produit inadapté sur les bras, on le modifie pour faire en sorte qu’il corresponde aux nouvelles évolutions du marché, aux nouveaux besoins du client.

Qu’est-ce que ça veut dire « travailler en mode agile » ?

Travailler en mode agile signifie que l’on ne va plus gérer ses projets via les méthodologies de gestion de projets prédictives (ou traditionnelles), mais en s’appuyant sur de nouvelles méthodologies, les méthodes agiles.

Plutôt que de vouloir chercher à tout estimer, tout anticiper et tout planifier, les méthodes agiles font la part belle à l’adaptabilité et à la flexibilité.

Auparavant, une fois que le projet démarrait il était quasi impossible de tout bousculer en cours de route sans remettre en cause le projet, parce que le marché a évolué ou que le client souhaite revoir son besoin.

Mais c’est maintenant possible grâce aux méthodes agiles.

Concrètement, si le client souhaite faire évoluer son besoin en cours de route, c’est possible. Le chef de projet devra alors estimer avec l’équipe le coût de développement de la nouvelle fonctionnalité :

  • Le coût est dérisoire ? On l’intègre en plus dans le projet
  • Le coût est conséquent ? On négocie avec le client pour réaliser cette fonctionnalité à la place d’une ou de plusieurs autres fonctionnalités représentant la même charge de travail.

Travailler en mode agile permet ainsi de gagner en souplesse et de réduire les cycles de livraison des produits : le client a plus rapidement son produit dans les mains. Même s’il n’est pas fini à 100%, les fonctionnalités livrées sont parfaitement opérationnelles.

Cela lui permet de donner son retour d’expérience à l’équipe projet afin qu’ils puissent continuer à améliorer le produit. Le mode agile est donc gage de qualité, car il place les besoins du client au centre des priorités sur le projet.

L’agilité se base ainsi sur une idée simple : planifier et estimer la totalité du projet dans ses moindres détails avant même de commencer le développement est totalement contre-productif.

Est-ce que tout le monde peut travailler en mode agile ?

Même si le mode agile s’est imposé dans le secteur de l’informatique, ce mode de fonctionnement peut s’appliquer dans des secteurs d’activités et des métiers très différents.

Toutefois il ne suffit pas d’adopter une méthode agile pour être agile.

L’agilité, c’est avant tout un état d’esprit, des valeurs et des principes.

Faut-il préférer les méthodes agiles aux méthodes de gestion de projet traditionnelles ?

Les méthodes agiles s’emploient généralement sur des contextes évolutifs et incertains, soumis aux changements et aux évolutions rapides. Cela permet de gagner en souplesse et en flexibilité tout en s’adaptant rapidement aux changements. 

Les méthodes de gestion de projet prédictives sont préférées pour des projets linéaires où l’on suit les étapes du plan d’action.

Source : https://neoma-bs.fr/app/uploads/old_content/2017_NEOMABS_goetzpartners_Agile-Performer-Index_EN.pdf


Hello!

Ici Thibault

Chef de projet IT depuis 2008, j'ai travaillé sur des projets à plusieurs millions d'euros.
J'ai décidé de dépoussiérer la gestion de projet.
Exit les méthodologies complexes, exit les outils lents, lourds, complexes à utiliser.
Mon objectif ? Vous donner les clés pour piloter vos projets avec efficacité.


Articles Similaires


Cet article vous a plu ? Dites-le nous !

Votre adresse mail est et restera confidentielle. Les champs avec une astérisque (*) sont obligatoires.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}