Comment faire un bon daily Scrum ? 10 astuces à implémenter

Thibault Baheux

25 novembre 2022 - minutes de lecture

Vous avez compris l'intérêt du daily Scrum pour vous coordonner en tant qu'équipe agile et déterminer le meilleur moyen d'atteindre l'objectif de sprint.

Pourtant, vous galérez au quotidien pour faire un daily Scrum vraiment efficace. A tel point que vous vous mettez à douter de l'utilité de cette réunion, ou de votre maturité agile.

Hop hop hop! On se calme, pas de panique !

Dans cet article, nous allons passer en revue les meilleures pratiques pour faire un bon daily Scrum, gagner en efficacité et en agilité.

10 bonnes pratiques à suivre pour un daily Scrum de qualité

Éviter les erreurs les plus courantes sur votre daily Scrum, c'est un bon début. Mais ce n'est parfois pas suffisant pour atteindre l'excellence opérationnelle.

Voici 10 bonnes pratiques proposées par des agilistes experts, afin de faire un bon daily Scrum au quotidien.

1 ) Mettre à jour le Scrum board pour refléter les décisions de l'équipe

Il n'est pas nécessaire de rédiger un compte-rendu à la sortie du daily Scrum : chacun sait ce qu'il a à faire et ce sur quoi les autres vont travailler.

Cependant, votre Scrum board doit refléter à tout moment l'état d'avancement de votre sprint ainsi que les décisions prises par l'équipe en daily Scrum.

Je vous invite donc à le mettre à jour en deux temps :

  1. Temps n°1.
    Mettez-le à jour juste avant votre daily Scrum afin que vos user stories soient positionnées dans la bonne colonne et aient le bon statut. Profitez-en également pour mettre à jour votre indicateur de suivi, tel que le burndown chart.
  2. Temps n°2.
    Mettez votre Scrum board à jour juste après votre mêlée quotidienne, afin de reproduire dessus les décisions de l'équipe. Cela permettra à votre Product Owner d'en être informé s'il n'a pas participé à la mêlée.

Exemple d'un Scrumboard

2 ) Utiliser un bâton de parole

Dans un daily Scrum, tous les participants doivent s'exprimer, sur le travail réalisé, le reste à faire, le travail prioritaire, la confiance dans l'atteinte du sprint goal, ainsi que les potentiels obstacles que l'équipe pourrait rencontrer.

Si vous vous rendez compte que certains ont tendance à monopoliser la parole alors que d'autres ont tendance à s'effacer, ou que les coupures de parole sont fréquentes, vous pouvez utiliser un bâton de parole.

Le principe est simple.

Celui qui a le totem dans la main est le seul qui peut parler. Les autres doivent écouter. Le bâton est ainsi passé de main en main, jusqu'à faire le tour des participants.

Idéalement, essayez de ne pas prendre plus de 2 minutes de parole par participant, afin de respecter la timebox de l'événement de 15 minutes maximum.

Exemple d'un totem de parole. Tout objet peut faire l'affaire, à vous de décider.

3 ) Ne pas couper la parole, juger ou rabaisser

Le daily Scrum est un événement Scrum quotidien et limité à 15 minutes maximum.

Pourquoi ? Car cela permet de rester focus, concentré, et efficace en tant qu'équipe.

Bien que le Scrum Guide n'explicite pas les règles de conduite du daily Scrum, je vous invite à respecter celles-ci :

  • Ne jamais couper la parole à quelqu'un
  • Toujours le laisser aller au bout de ses idées (dans le respect de son temps de parole).
  • Ne jamais juger, critiquer ou rabaisser quelqu'un, même s'il est en difficulté.

Si vous vous rendez compte qu'une personne commence à rentrer dans le détail des actions techniques ou à faire du hors sujet, vous pouvez cependant l'interrompre pour la recentrer sur le but du daily Scrum : l'objectif de sprint, et la meilleure manière de l'atteindre.

4 ) Laisser l'équipe s'approprier le daily Scrum et expérimenter en continu

En dehors du fait que le daily Scrum doit être fait chaque jour ouvré du sprint, dans le timing des 15 minutes quotidiennes, le Scrum Guide est hyper permissif sur ce qu'il vous est possible de faire.

Osez expérimenter, testez sans cesse de nouvelles choses, et adaptez au quotidien le format de votre daily Scrum.

Le meilleur moyen de savoir ce qui vous correspond en tant qu'équipe, c'est d'expérimenter.

Adoptez la manière de faire d'autres équipes expérimentées, et voyez si cela fonctionne pour vous. Si c'est le cas, tant mieux. Mais si ce n'est pas le cas, c'est une bonne chose. Vous avez appris quelque chose.

Vous savez mieux ce qui ne vous convient pas, et vous pouvez ainsi continuer à expérimenter pour trouver la bonne manière de faire pour l'équipe de développement.

Gardez à l'esprit que le format du daily Scrum n'est pas figé.

L'un des trois piliers fondamentaux de Scrum est l'adaptation, et il s'applique également au format des événements Scrum.

5 ) Utiliser un "walk the board"

L'un des formats de daily Scrum plébiscité par de nombreux agilistes est le "Walk the board", ou "Walking the board", qui consiste à analyser user story par user story, plutôt que de passer la parole à chaque participant à tour de rôle.

L'objectif est de faire le tour de tous les items présents sur le Scrum board de l'équipe, en commençant par examiner les colonnes les plus à droite puis en remontant le flux de travail.

Pour chaque user story, on va se poser les questions suivantes :

  • Est-ce que cet item a avancé hier ?
  • Est-ce que cet item va avancer aujourd'hui ?
  • Est-ce qu'il y a une alerte à remonter concernant cet item ?
  • Pourquoi cet item n'est pas encore terminé ?
  • Faut-il prioriser cet item pour atteindre l'objectif de sprint et maximiser la valeur de l'incrément ?

On va chercher ainsi à maximiser ce qui est terminé dans le sprint, et à finir ce que l'on a commencé avant de démarrer autre chose.

6 ) Traquer l'humeur de l'équipe au jour le jour

Autre possibilité pour dynamiser votre daily Scrum : Demander à chaque membre de l'équipe de noter son humeur, sur une note de 1 à 5.

Faites ensuite la moyenne de l'humeur de l'équipe, et reportez-la à côté de votre burnup chart.

L'humeur de l'équipe est un indicateur particulièrement intéressant, car il peut permettre de réagir rapidement lorsque l'humeur générale de l'équipe baisse de façon durable.

Cela peut également être le signe d'une surcharge de travail dans le temps, ou d'une suite de difficultés rencontrées particulièrement éprouvantes pour l'équipe.

7 ) Organiser un vote de confiance

Vous pouvez également organiser un vote de confiance à la fin de votre daily Scrum. Le principe est simple :

  • Chaque participant donne une note de 1 à 5, représentant sa confiance à atteindre l'objectif du sprint.
  • On calcule ensuite la moyenne de l'équipe.
  • On reporte cette moyenne sur le Scrumboard.
  • Si l'indicateur est en baisse par rapport aux derniers jours, on regarde en tant qu'équipe ce que l'on peut faire pour ajuster le plan et atteindre l'objectif de sprint, quitte à se séparer de quelques user stories.

8 ) Mettre à jour l'indicateur de suivi

L'équipe possède généralement un indicateur de progression, affiché sur son Scrum board, qui doit être mis à jour quotidiennement, idéalement avant ou après le daily Scrum quotidien.

Le plus souvent, cet indicateur est un burndown chart, qui représente l'évolution dans le temps du reste à faire pour atteindre l'objectif de sprint.

L'équipe Scrum peut également décider de mettre en place d'autres indicateurs, tels que le burndown chart de release, ou le burnup chart, représentant la somme des incréments produit.

Pour aller + loin : Découvrez dans cet article les principales différences entre un burndown chart et un burnup chart.

9 ) Ajouter un slot supplémentaire de 15 minutes après le daily Scrum

Les équipes Scrum expérimentées ajoutent généralement un slot de 15 minutes supplémentaires à la suite du daily Scrum de 15 minutes. 

Pourquoi ? Principalement pour deux raisons :

  1. Au cas où le daily Scrum dépasse les 15 minutes.
  2. Pour échanger sur les problématiques rencontrées.

Le daily Scrum dépasse les 15 minutes

"Attends, attends, je ne comprends pas là... On n'est pas censé respecter à tout prix la limite des 15 minutes pour le daily Scrum ? La timebox, c'est là pour ça..."

Je vous vois déjà bondir de votre chaise. 

C'est une bonne remarque, et c'est effectivement ma recommandation pour toutes les équipes Scrum.

Ceci dit, si vous êtes au milieu d'une discussions super constructive, je vous invite à ne pas couper court parce que "c'est 15 minutes, c'est comme ça"

On laisse faire si la discussion est constructive. Car elle peut vraiment apporter beaucoup à l'équipe et au sprint. Et c'est précisément à ça que le slot supplémentaire de 15 minutes peut servir.

On se demandera ensuite en rétrospective si on a bien fait de prendre ce temps supplémentaire en daily Scrum, et comment on pourrait faire pour tenir des discussions constructives dans la limite des 15 minutes.

On se demandera alors après coup :

  • Si le dépassement a été exceptionnel, ou si il devient la norme ?
  • Pourquoi cette discussion arrive à ce moment-là précisément ?
  • Est-ce que le daily Scrum est là pour rattraper le manque d'analyse ou de disponibilité d'un des membres de l'équipe ?
  • Est-ce que la question est posée pour qu'on tranche sous la pression du chronomètre afin d'éviter d'avoir une discussion soignée sur ce point précis ?
  • Est-ce que l'équipe de développement se parle en dehors des daily Scrum ?
  • Est-ce qu'il ne serait pas mieux de tenir cette discussion en dehors du daily Scrum ?
  • Est-ce que tout le monde a sa place dans cette discussion ?
  • Est-ce que seul les membres de l'équipe de développement prenne la parole, ou faudrait-il inviter le Scrum Master, le Product Owner ou d'autres parties prenantes du projet ?
  • Et enfin, est-ce que l'équipe Scrum a une taille d'équipe idéale ?

Échanger sur les problématiques rencontrées

En daily Scrum, on peut lever des alertes, des risques et des difficultés que l'on rencontre. Mais on ne fait que ça : donner l'alerte.

Ce n'est ni le lieu ni le moment de rentrer dans le détail des problématiques et de les régler.

Ajouter un slot de 15 minutes juste après ce rendez-vous quotidien est intéressant, puisqu'il permet aux personnes concernées d'évoquer en détail la problématique rencontrée, et de traiter une question complexe.

Le sujet étant tout chaud, c'est plus simple de s'y plonger en suivant le daily Scrum, plutôt que d'y revenir plus tard alors que l'on sera concentré dans les tâches techniques et opérationnelles.

10 ) Oublier les 3 questions du stand-up meeting

Traditionnellement, le daily Scrum s'organise autour de 3 questions, auxquelles chaque membre de l'équipe de développement doit répondre à tour de rôle, dans la limite des 15 minutes pour le groupe.

Voici les 3 questions du stand-up meeting :

  1. Qu'est-ce que j'ai fait hier ?
  2. Qu'est-ce que je vais faire aujourd'hui ?
  3. Est-ce que je vois des obstacles ?

Beaucoup d'équipes organisent leur daily Scrum selon cette manière de faire. Sauf que... Ce n'est pas du Scrum.

Je sais, je casse vos illusions. Sorry...

Se concentrer sur l'objectif de sprint

Si vous pratiquez tel quel ces 3 questions, vous allez transformer votre daily Scrum en session de reporting, alors que cette réunion quotidienne n'a qu'un seul but : vous organiser en tant qu'équipe pour atteindre l'objectif de sprint à la fin du sprint.

Ces questions étaient présentes dans les anciens guides Scrum, et ont prêtées à confusion.

C'est pour cela que dans la version 2020 du Scrum Guide, elles ont totalement disparu, pour laisser l'équipe s'auto-organiser et dérouler le daily Scrum de la manière dont elle le souhaite.

Cette réunion est là pour :

  • Échanger et collaborer entre membres de l'équipe de développement.
    C'est LE moment quotidien pour s'harmoniser en tant qu'équipe, et maintenir une dynamique de groupe. Mais ce n'est pas le seul moment d'échange : il ne faut pas attendre le daily Scrum pour remonter une alerte ou pour travailler ensemble.
  • Inspecter le Scrum board.
    C'est l'occasion d'inspecter le travail en done (fini à 100% selon la definition of done), d'inspecter les user stories en cours de réalisation, et de vérifier que le travail mené correspond bien à l'objectif de sprint.
  • Adapter le plan pour atteindre l'objectif de sprint.
    Le daily Scrum permet à l'équipe de développement d'adapter son plan d'action pour les prochaines 24 heures dans l'optique d'atteindre l'objectif de sprint. Ce devrait d'ailleurs être son unique objectif.

De bonnes questions à poser en daily Scrum

Voici quelques questions intéressantes à poser lors du daily Scrum :

  • Y a t-il de nouveaux éléments livrés permettant d'avancer vers le sprint goal ?
  • Est-on confiant dans notre capacité à atteindre l'objectif de sprint ?
  • Est-ce que je vois des obstacles qui m'empêchent ou empêchent l'équipe de développement de respecter l'objectif de sprint ?
  • Quels sont les éléments du sprint backlog à prioriser afin d'atteindre l'objectif de sprint ?

Bien sûr, vous êtes libre de les utiliser, ou pas, ou encore de les adapter.


Thibault Baheux

Tour à tour chef de projet puis manager d'équipe depuis 2008, je suis aujourd'hui directeur de projet indépendant.

J'ai décidé via ce site de démocratiser la gestion de projets et de la rendre accessible à tous.

Mes certifications : Prince2 Foundation, CompTIA Project+ certified, PSM1, Lean Six Sigma Yellow Belt.


Articles Similaires


{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}