Quels sont les 10 domaines de connaissance du management de projet ?

Thibault Baheux

20 janvier 2023 - minutes de lecture

La gestion de projet, ce n'est pas seulement lister des tâches et construire un planning en tenant compte des exigences du client et des dépendances. Nous sommes tous d'accord pour dire que c'est bien plus que ça. 

C'est ce qui rend notre métier passionnant. C'est ce qui fait qu'aucun jour ne se ressemble. Mais c'est aussi ce qui fait que chef de projet est un métier complexe et exigeant.

Dans cet article, nous allons passer en revue les 10 domaines de connaissances de la gestion de projet, que vous devez apprendre et maîtriser en tant que chef de projet.

Les 10 domaines de connaissances PMP

D'après le guide PMBOK 6ème édition et l'institut PMI( Project Management Institute), il existe 10 domaines de connaissances en gestion de projet, qui reflètent tous les aspects d'un projet :

  1. La gestion de l'intégration, ou project integration management
  2. La gestion de la portée, ou project scope management
  3. La gestion de l'échéancier, ou project time management
  4. La gestion des coûts, ou project cost management
  5. La gestion de la qualité, ou project quality management
  6. La gestion des ressources, ou project ressource management
  7. La gestion des communications, ou project communication management
  8. La gestion des risques, ou project risk management
  9. La gestion des approvisionnements, ou project procurement management
  10. La gestion des parties prenantes, ou project stakeholders management

Guide de corpus des connaissances en management de projet - PMBOK 6ème édition

Voyons cela ensemble plus en détails.

1 ) La gestion de l'intégration

La gestion de l'intégration du projet consiste à élaborer puis mettre en œuvre le plan du projet, ainsi qu'à contrôler les changements pouvant survenir.

La gestion de l'intégration se composent de 7 processus distincts :

  1. Élaborer la charte de projet.
    Cela permet de définir la raison d'être du projet, et d'acter officiellement son lancement.
  2. Élaborer le plan de management du projet.
    Le chef de projet collecte les données nécessaires afin de cadrer correctement son projet, et de définir les objectifs, les enjeux, et la meilleure manière de pouvoir y répondre.
  3. Diriger et gérer le travail du projet.
    Il s'agit des moyens à mettre en place pour gérer convenablement son projet au quotidien.
  4. Gérer les connaissances du projet.
    Le chef de projet collecte l'information issue de précédents retours d'expériences, ou de l'apprentissage réalisé au cours du projet.
  5. Maîtriser le projet.
    Permet la prise en compte du projet et l'élaboration du plan projet.
  6. Maîtriser les changements.
    Permet de juger de la pertinence d'une demande de modification ainsi que des impacts que cela peut engendrer.
  7. Clore le projet ou la phase.
    Il s'agit du processus de clôture de projet.

La gestion de l'intégration confirme également qu'un chef de projet n'a pas d'obligation de résultats sur ses projets mais une obligation de moyens. Il doit donc tout mettre en œuvre pour y arriver, mais n'est pas tenu pour responsable si le projet est un échec cuisant.

2 ) La gestion de la portée

La gestion de la portée, anciennement appelée la gestion du périmètre, consiste à cadrer le projet tant en terme d'objectifs, que de travail à réaliser ou de livrables à fournir.

Il ne s'agit pas de "verrouiller" le périmètre du projet, contrairement à ce que pense certains, mais plutôt de le maîtriser, et d'éviter des modifications intempestives qui pourraient remettre en cause le projet ou créer une dérive des objectifs.

Ce domaine de connaissances se compose de 6 processus :

  1. Planifier la gestion du périmètre et du contenu.
    Le périmètre est clairement défini, ainsi que les attendus client. Des limites sont posées pour déclarer le travail à réaliser dans le projet, et ce qui est considéré comme hors périmètre.
  2. Recueillir les exigences.
    Ce processus permet de recueillir l'expression de besoin et de rédiger un cahier des charges.
  3. Définir le contenu.
    A la sortie de ce processus, l'énoncé de la portée du projet est rédigé et connu de tous.
  4. Créer le WBS.
    WBS est une technique de découpage d'un projet, afin de transformer le périmètre d'un projet en tâches opérationnelles et actionnables.
  5. Valider le périmètre.
    Il s'agit pour le commanditaire du projet de confirmer l'exactitude de la portée du projet, afin de valider le travail à effectuer.
  6. Maîtriser le périmètre.
    Le chef de projet utilise ce processus pour éviter les changements intempestifs pouvant mettre à risque le projet. Il analyse chaque demande de changement pour en juger la pertinence et l'impact, avant de l'accepter ou la refuser.

3 ) La gestion de l'échéancier

La gestion de l'échéancier consiste à élaborer puis à maîtriser le planning du projet. Ce domaine de connaissances s'appuie pour cela sur des techniques d'estimation de durée, des outils de planification tels quel que le macro-planning, le rétroplanning ou encore le diagramme de Gantt, ainsi que sur l'organisation du travail en séquences, marquées par des jalons.

La gestion de l'échéancier est composée de 6 processus distincts :

  1. Planifier la gestion de l'échéancier.
    Ce processus consiste à gérer la planification du projet. Il convient pour cela d'échanger avec les experts techniques et les différentes parties prenantes pour recueillir l'information.
  2. Définir les activités.
    Ici, on définit clairement les activités à réaliser dans le projet, en partant du WBS. Tout est découpé en tâches opérationnelles.
  3. Organiser les activités en séquence.
    Les tâches sont regroupées en séquences de tâches (ou en phases), et le passage d'une séquence à l'autre est marqué par un jalon (milestone en anglais).
  4. Estimer la durée des activités.
    On estime la durée de chaque tâche, ainsi que la date de début et de fin de celle-ci.
  5. Élaborer l'échéancier.
    Le planning est construit dans ce processus, en tenant compte des estimations de durée, de l'enchaînement des tâches et séquences, et des dépendances existantes.
  6. Maîtriser l'échéancier.
    Ce dernier processus consiste à garder la maîtrise du planning et à le mettre à jour en fonction de l'avancée du projet.

4 ) La gestion des coûts

Le domaine de connaissances de gestion des coûts consiste à déterminer le budget prévisionnel du projet, à estimer les coûts, à les planifier et à les suivre dans le temps.

Ce domaine de connaissances s'organise en 4 processus :

  1. Planifier la gestion des coûts.
    Il s'agit de créer un plan de gestion des coûts.
  2. Estimer les coûts.
    Le chef de projet suit ce processus afin d'estimer les coûts du projet pour ses différentes phases et séquences.
  3. Déterminer le budget.
    Il élabore alors un budget prévisionnel du projet.
  4. Maîtriser les coûts.
    Lors de ce processus, les coûts sont suivis au quotidien, et maîtrisés. Le chef de projet peut demander une allonge budgétaire si le coût total du projet dépasse le coût prévisionnel.

Même s'il apparaît relativement simple par rapport à d'autres domaines de connaissances, la gestion des coûts est sensible. Le pilotage du projet par la valeur acquise est rarement correctement fait, et on passe souvent à côté de l'essentiel : un projet doit apporter de la valeur et être rentable, d'une manière ou d'une autre.

5 ) La gestion de la qualité

La gestion de la qualité consiste à s'assurer que le standard de qualité des livrables fournis aux clients est conforme à leurs attentes et exigences. En bref, faire de la qualité, c'est bien faire le travail dès la première fois.

Ce domaine de connaissances ne se limite pas à la gestion de projet et est souvent également appliqué dans les opérations courantes.

La gestion de la qualité se décompose en 3 processus :

  1. Planifier le management de la qualité.
    Le chef de projet met en place un plan de gestion de la qualité, et fournit un PAQ (Plan d'Assurance Qualité) ainsi que des métriques qualité pour le projet. Il cherche à savoir comment le projet va démontrer sa conformité et à quel prix.
  2. Gérer la qualité.
    Ce processus permet au chef de projet et à son équipe de gérer la qualité au quotidien dans tout ce qu'ils entreprennent, et de faire de la "quality by design".
  3. Maîtriser la qualité.
    Enfin, ce dernier processus permet au chef de projet de vérifier que la qualité des livrables correspond au standard de qualité exigé, ainsi qu'aux attentes et exigences du client.

6 ) La gestion des ressources

La gestion des ressources consiste à constituer l'équipe projet, ainsi qu'à gérer les ressources logicielles, intellectuelles et matérielles mises à disposition du projet.

Bien que je n'aime pas l'idée qu'un collaborateur soit une ressource au même titre qu'un ordinateur (ressource humaine vs ressource matérielle), on parle bien des ressources humaines en entreprise. Donc ça se tient.

La gestion des ressources est composée de 6 processus distincts :

  1. Planifier la gestion des ressources.
    Ce processus vise à créer un plan de gestion des ressources, afin de déterminer de quelle ressource on a besoin, quand, pour quoi, et pendant combien de temps.
  2. Estimer les ressources nécessaires aux activités.
    Le chef de projet liste toutes les ressources dont il a besoin pour mener à bien son projet.
  3. Obtenir les ressources.
    Il s'agit du moment où le chef de projet négocie avec les différents managers opérationnels l'obtention de ressources, et l'affectation des experts à son équipe projet.
  4. Développer l'équipe.
    Le gestionnaire du projet s'assure que l'équipe est correctement formée, et met en place les règles de base du fonctionnement de l'équipe : méthodes de travail, règles de communication, télétravail, etc...
  5. Gérer l'équipe.
    Dans ce processus, il est question de gérer et manager l'équipe projet durant tout le cycle de vie de celui-ci.
  6. Maîtriser les ressources.
    Ce processus permet de suivre les ressources et de s'assurer par exemple de la disponibilité des experts techniques.

7 ) La gestion des communications

La gestion des communications consiste à gérer et suivre l'ensemble des communications sur le projet. Cela englobe les communications au sein de l'équipe projet, les communications officielles à destination des parties prenantes, les échanges informels, mais également l'envoi des rapports d'avancement du projet.

Ce domaine de connaissances se compose de 3 processus :

  1. Planifier la gestion des communications.
    Ce processus permet de créer un plan de communication pour son projet, qui est partie intégrante du plan de management du projet.
  2. Gérer les communications.
    Lors de la phase d'exécution du projet, le chef de projet déroule son plan de communication, gère et envoie toutes les communications nécessaires, aussi bien orales qu'écrites.
  3. Maîtriser les communications.
    Enfin, ce processus permet de superviser les communications projet et de s'assurer que celles-ci sont efficaces et que rien n'a été oublié.

8 ) La gestion des risques

La gestion des risques consiste à identifier les menaces pour le projet, ainsi que les opportunités. On va donc identifier un risque, puis l'analyser afin de connaître son impact et sa probabilité de survenance, et enfin mettre en place un plan d'action pour le contrer.

L'analyse des risques se fait de manière qualitative ET quantitative, et se doit d'être la plus exhaustive possible.

Ce domaine de connaissances est composé de 7 processus distincts :

  1. Planifier la gestion des risques.
    A intervalles réguliers, le chef de projet planifie une revue des risques, en commençant lors de la phase de préparation du projet.
  2. Identifier les risques.
    Ce processus consiste à identifier les risques du projet (stratégiques, opérationnels, financiers, industriels, environnementaux, etc...) de la manière la plus exhaustive possible.
  3. Effectuer l'analyse qualitative des risques.
    Elle permet d'analyser dans le détail les impacts qu'un risque pourrait avoir, et d'identifier des impacts insoupçonnés grâce à une approche holistique et systémique.
  4. Effectuer l'analyse quantitative des risques.
    Elle permet de collecter des données brutes et concrètes, des chiffres et des faits pour alimenter l'analyse qualitative des risques.
  5. Planifier les réponses aux risques.
    L'équipe projet réfléchit alors aux différents plans d'action qu'il est possible de mettre en œuvre pour réduire ou éliminer ces risques.
  6. Appliquer les réponses aux risques.
    Lors de la phase d'exécution du projet, les plans d'atténuation ou de mitigation des risques sont appliqués, pour éviter qu'ils se produisent.
  7. Maîtriser les risques.
    Le chef de projet contrôle ensuite régulièrement les risques du projet, afin de s'assurer que ceux-ci sont bien traités et qu'il n'existe pas de risques secondaires ou résiduels.

9 ) La gestion des approvisionnements

La gestion des approvisionnements consiste à gérer sa structure de coûts, ses commandes, et ses fournisseurs. 

C'est un domaine largement sous-estimé de la gestion de projet, qui est souvent délégué à un autre service, le service achat par exemple.

Plutôt que de penser juste en relation contractuelle et financière entre un acheter et un fournisseur externe, le guide PMBOK nous invite à voir cela comme un accord ou un partenariat entre deux parties prenantes du projet, l'une internet et l'autre externe.

Ce domaine de connaissances se compose de 3 processus :

  1. Planifier la gestion des approvisionnements.
    Dans ce processus, on doit décider des outils, logiciels, et autres produits physiques que l'on va devoir se procurer. On se pose la question du retour sur investissement, pour déterminer s'il faut le produire soi-même ou l'acheter.
  2. Procéder aux approvisionnements.
    Il s'agit de déterminer les fournisseurs et prestataires pouvant fournir ce dont on a besoin, et de sécuriser l'approvisionnement via un contrat. C'est à ce moment que se déclenchent les processus d'achats.
  3. Maîtriser les approvisionnements.
    Lors de ce processus, le chef de projet s'assure que les approvisionnements et livraisons se fassent bien en temps voulu. Il sécurise si nécessaire l'approvisionnement avec les fournisseurs et prestataires concernés.

10 ) La gestion des parties prenantes

La gestion des parties prenantes est le dernier-né des domaines de connaissances, et a été ajouté avec la sixième version du guide PMBOK. Cela consiste à identifier les parties prenantes, à communiquer avec eux au quotidien, et à répondre à leurs attentes et besoins

C'est un domaine de connaissances qui se rapproche beaucoup de celui de la communication. C'est aussi l'un des moins appliqués à ce jour et des plus sous-estimés.

La gestion des parties prenantes se compose de 4 processus :

  1. Identifier les parties prenantes.
    Au démarrage du projet, il est nécessaire de savoir rapidement à qui on a affaire. Le chef de projet doit donc identifier les parties prenantes du projet, c'est à dire toutes les personnes impliquées de près ou de loin dans le projet, ou impactées par celui-ci.
  2. Planifier l'engagement des parties prenantes.
    Il répertorie ensuite quel acteur projet intervient quand dans le projet, et dresse une matrice pouvoir intérêt, afin d'identifier quelles sont les parties prenantes clés du projet, quelles sont celles à tenir informées, et celles qui pourraient avoir un intérêt contraire au projet.
  3. Gérer l'engagement des parties prenantes.
    Lors de la phase d'exécution du projet, le gestionnaire travaille, communique, motive et engage au quotidien les parties prenantes nécessaires pour le bon déroulé du projet.
  4. Maîtriser l'engagement des parties prenantes.
    Il s'assure enfin de leur engagement et leur implication dans le temps, et procède aux correctifs nécessaires pour que ce soit bien le cas.

Combien y a t-il de processus dans la méthodologie PMP ?

Le guide PMBOK 6ème édition décrit 5 groupes de processus, qui représentent au total 49 processus de gestion de projets. Ces 5 groupes de processus sont : Initiation, Planification, Exécution, Supervision et Contrôle, et Clôture. Ils correspondent aux 5 phases de projet décrites dans la méthodologie PMP.

Pour mieux comprendre les interactions entre les processus, et comment se découpent chaque phase d'un projet, vous pouvez vous référer à la cartographie des processus ci-dessous. Cliquez dessus pour le voir en grand !

Cartographie des 49 processus de la méthodologie PMP (guide PMBOK 6ème édition)

Quelle évolution pour la méthodologie PMP ?

Depuis la 7ème édition du corpus de connaissances en gestion de projet PMBOK, les domaines de connaissances ont disparu au profit d'une vision de la gestion de projet plus systémique et agile, organisée autour de 12 principes :

  1. Gérance
    Soyez un chef de projet attentionné, respectueux et diligent. Vous pouvez appliquer pour cela les techniques proposées dans le management 3.0.
  2. Équipe.
    Construisez une culture d'autonomie et de responsabilité au sein de l'équipe, et fédérez ses membres autour d'un objectif commun.
  3. Parties prenantes.
    Engagez les parties prenantes du projet, comprenez mieux leurs intérêts et leurs besoins,e t impliquez-les dans le projet.
  4. Valeur.
    Concentrez-vous sur la valeur apportée aux bénéficiaires du projet, plus que sur la production de livrables ou le respect des indicateurs otobos.
  5. Pensée holistique.
    Sachez reconnaître les interactions entre différents systèmes. C'est particulièrement utile pour s'améliorer en résolution de problèmes, et comprendre les interdépendances qu'il peut y avoir entre systèmes, même si ceux-ci n'ont à priori aucun  rapport entre eux.
  6. Leadership.
    Ajoutez à votre besace des techniques de motivation, influence, négociation, coaching, pour mieux accompagner l'équipe projet ainsi que les acteurs projet au quotidien.
  7. Adapter.
    Adaptez vos méthodes de travail et votre organisation en fonction du contexte du projet.
  8. Qualité.
    Intégrez la qualité dans tous vos processus projet, afin de faire de la "quality by design", et de fournir des résultats viables au commanditaire projet.
  9. Complexité.
    Abordez la complexité du projet en utilisant vos connaissances, votre expérience ainsi que l'apprentissage, grâce à l'approche empirique.
  10. Opportunités et menaces.
    Identifiez et traitez les opportunités et menaces concernant votre projet. Il s'agit des risques de votre projet.
  11. Adaptabilité et résilience.
    Faites preuve d'adaptabilité au quotidien, notamment dans des contextes incertains ou évolutifs (monde VUCA), et soyez résilients. Les plans évoluent forcément tôt ou tard.
  12. Gestion du changement.
    Activez et gérez le changement afin de propulser le projet vers l'état futur envisagé.

Cette septième édition met en avant le fait qu'un projet doit produire des résultats et de la valeur, et pas seulement des produits ou des livrables. Ce dernier guide PMBOK met l'accent, à juste titre, sur la valeur apportée au client par un projet, qui est (trop ?) souvent oublié par les équipes projet.

Voici les principaux changements entre le guide PMBOK 6ème édition et sa dernière mouture, la 7ème édition.

Guide de corpus des connaissances en management de projet - PMBOK 7ème édition

Guide de corpus des connaissances en management de projet - PMBOK 6ème édition

Quelles sont les autres méthodologies de gestion de projet ?

Outre la méthodologie PMBOK-PMP, il existe d'autres méthodologies de gestion de projet intéressantes, telles que Prince2, le Cycle en V, Waterfall pour les méthodologies prédictives, et Scrum et Kanban pour les méthodologies adaptatives.

Pour aller + loin : Dans cet article, je passe en revue les 24 méthodologies de gestion de projet les plus populaires et les plus intéressantes, et vous explique laquelle choisir en fonction de vos besoins.

Thibault Baheux

Tour à tour chef de projet puis manager d'équipe depuis 2008, je suis aujourd'hui directeur de projet indépendant.

J'ai décidé via ce site de démocratiser la gestion de projets et de la rendre accessible à tous.

Mes certifications : Prince2 Foundation, CompTIA Project+ certified, PSM1, Lean Six Sigma Green Belt.


Articles Similaires


{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}